Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 juillet 2010 5 16 /07 /juillet /2010 08:41

 

Au moment où les politiques d'origines étrangéres qui nous gouvernent se posent la question de leur identité nationale, deux sociétés immobilières vont raser tout un pan de notre histoire, et cela pour leur seul profit.

Leur programme immobilier prévoit en effet la construction de 185 appartements à 3600€ le m², sur les vestiges d'un site unique en Europe: un Temple de Mithra.

 

En 2007, les archéologues de l'INRAP ont diagnostiqués la présence de vestiges antiques, à l'emplacement de l'ancienne clinique Saint-Louis à Angers.

 

Les fouilles commencées en décembre 2009 ont permises de mettre à jour près de 5000 m² de vestiges.

Les niveaux étudiés montrent pour la plupart la ville de Juliomagus (Angers) à l'époque du règne d'Auguste (27 av J.C - 14 av J.C) jusqu'à l'Antiquité tardive (fin du IVe siècle). Cet emplacement concerne une insula (îlot d'habitat) dont on peut voir les deux axes urbains, un cardo (nord-sud) et un decumanus (est-ouest) et deux domus (riches maisons urbaines).

 

Dans la cave d'une des domus, l'architecture et le mobilier ont permis de déterminer la présence d'un temple voué au Dieu Mithra. Sa construction remonte à la fin du IIéme siècle de notre ère.

 

La mise à jour de ce temple est la preuve qu'un culte indo-européen a concurrencé pendant un temps le christianisme. Jusqu'à présent il n'existait aucune trace de ce culte dans le Grand Ouest.

Mitrha 013

Mithra était une divinité indo-européenne, son culte se développa à Rome vers le 1er siècle. Selon Plutarque, il serait arrivé en Italie, lors des expéditions de Pompée contre les pirates de Cilicie.

 

Le culte de Mithra était réservé aux hommes.  Mitrha était très populaire dans les armées, beaucoup d'esclaves et d'affranchis faisaient aussi partie de ses fidèles.

Mithra

voir reportage sur www.inrap.fr

 

Le Mithraïsme était un culte à mystères. Le fidèle devait subir une initiation. Les initiés portaient un grade précis.

  • Corbeau (corax).
  • Fiancé (nymphus).
  • Soldat (miles).
  • Lion (léo).
  • Perse (Perses).
  • Héliodrome (Héliodromus).
  • Père (pater).

 

Le sanctuaire porte le nom de Mithraeum ou Mithrée. Il était à l'origine installé dans des grottes naturelles. Mithra serait né à partir de la roche. Par la suite les grottes étaient reproduites dans les temples. Les plafonds de certains sanctuaires représentaient le ciel étoilé.

Mitrha 005

                                                                                                                                                                               Voir album...

Ce culte fut combattu par les chrétiens, puis interdit en 392 par l'empereur Théodose.

Mitrha 031

Pour les représentants de ces deux sociétés immobilières, conserver ces vestiges du passé

 

"n'aurait aucun sens pour le non initié" , "les villes se sont toujours construites les unes sur les autres".

 

Messieurs les promoteurs, je ne suis pas un inité, mais j'ai pourtant  fais partie des 1620 angevins  qui sont venus rendre hommage à ce Dieu et qui ont posés mille questions sur ce site. Preuve que l'on peut ne pas être initié et s'intéresser à l'histoire.

 

D'après les plans, ce sanctuaire se situe entre deux futurs bâtiments, avec un peu de bonne volonté il pourrait parfaitement être conservé.

 

Mais que vallent quelques vieilles pierres, face aux dividendes papiers des actionnaires?        

 

L'ETERNITE pour les unes, l'oubli pour les autres.

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2010 3 14 /07 /juillet /2010 16:28

En 1971, un jeune médecin, Zafarullah Chowdury  rentre au Bangladesh pour soutenir "les combattants de la liberté", qui luttent pour obtenir leur indépendance. Avec cinq autres médecins et une dizaine d'auxiliaires, ils installent à la frontière "le Bangladesh Hospital".

 

Après la libération du pays, l'équipe reste pour affronter la pauvreté, la faim et les maladies qui dévastent le pays.

 

En 1972, venu en France pour trouver des fonds, il rencontrera l'abbé Pierre. Son projet est de créer un centre de santé populaire "gonoshathaya kendra" à Savar, au nord de la capitale Dacca.

 

"Je vous confie l'argent des pauvres pour les pauvres du Bangladesh. Assure-vous toujours qu'ils en soient bénéficiaires."

 

dira l'abbé Pierre.

 

L'équipe du Bangladesh Hospital va développer un vaste programme de santé communautaire qui sera associé au centre G.K Savar. Cela donnera naissance à une grande entreprise de développement de plus de 1500 salariés.

 

Trois principaux domaines d'action sont à la base de G.K

 

1- La santé:

  • Formation des paramedics (femmes musulmanes formées pour les conseils d'hygiène, d'éducation à la santé). Ces femmes se déplaçant à vélo seront la cible des jets de pierres des mollahs.
  • 40 médecins
  • 2 hôpitaux de 300 lits, 17 centres de santé et 25 sous centres.
  • plus d'un millions de personnes visitées.
  • production de médicaments de base, à l'usine de Savar, et de produits vitaminés pour les enfants, à l'usine Cox'sbazar.

2- L'éduction et la formation:

 

  • 200 écoles
  • 1 université

3- La promotion professionnelle des femmes.

 

A Saint-Mathurin sur Loire, un comité de soutien a été créé. Une reproduction du monument des martyrs a été installé.

 

Savar GK 005

Savar GK 008

Partager cet article
Repost0
16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 10:09

Moulin du Poirier

 

Moulin du PoirierPompe Moulin du Poirier

 

Situé parc du Vissoir, le moulin du Poirier est de type exhaure. La machinerie est constitué d'un volant d'inertie de 2 mètres de diamètre, d'un corps de pompe et d'un tringlin de transmission.

Il était actionné par la ronde d'un cheval.

La pompe aspirante et refoulante débitait jusqu'à 900 litres par heure. Elle servait à évacuer l'eau du puits de mine de l'Hermitage et à arroser les petits potagers des mineurs.

C'est l'un des derniers moulin de ce genre en Europe.

 

CHAPELLE ST-LEZIN

   Place Jean-Corvest, la chapelle St-Lézin est dédiée au patron des ardoisiers

St Lézin 012

Partager cet article
Repost0
15 juin 2010 2 15 /06 /juin /2010 13:16

le Fendeur

  Le Fendeur, oeuvre de Eugéne Perrotte.

 

 place Attibert, près du musée de l'ardoise.

 

 

 

 

Le musée de l'ardoise.

 

Installé dans une maison d'ardoisier depuis 1983.

Musée1

Partager cet article
Repost0
15 juin 2010 2 15 /06 /juin /2010 13:05

Hôtel de ville 2 Hôtel de ville, 1836.

 

Transformé par l'architecte Dainville.

Les sculptures de chaque côté de la porte d'entrée sont de l'angevin Bodin.

 

 

 

 

Chapelle de Bel-Air, 1907

Chapelle Bel air

Partager cet article
Repost0
15 juin 2010 2 15 /06 /juin /2010 11:05

Située aux portes de la ville d'Angers, Trélazé est depuis le XIIe siècle la capitale de l'ardoise.

 

Au XVe siècle, l'exploitation se fait à ciel ouvert. La carrière de Tire Poche est la première connue dans la région, suivie par celle de Bouc Cornu en 1457.

Au fil des ans, les perreyeux creuseront plus de 30 carrières, donnant aujourd'hui ce paysage de buttes et de carrières inondées, nommées "Vieux fonds".

Les ouvriers "d'à bas" remontent les bloc de pierre à l'aide de "bassicots" ou à dos d'homme par des échelles.

Tout au sommet, sous l'abri d'un paillon ou "tue-vent"

 Le parrayeur  "d'à haut" débite avec son ciseau et son maillet les blocs de lauzes.

L'eau et les déchets du  fond sont évacués à l'aide d'un tour à bras.

Vieux FondsDSC00284.JPG

Vieux Fond2

Avec l'apparition de la vapeur,

la foncée la plus profonde atteindra, aux Petits Carreaux, 42 foncées soit 125 m.

Chevalement2

L'arrivée de l'électricité en 1878 orientera l'activité vers la mine. Les chevalements apparaissent , Champ Robert, Hermitage, Fresnaies, Montibert et Grands Carreaux.

La production atteindra 173 millions d'ardoises avec 1125 fendeurs, 578 ouvriers d'à bas et 844 journaliers.

Chevalement1

Ludovic Ménard

 

 

Près de 3000 perreyeux travailleront dans des conditions pénibles, risquant des accidents mutilants et la schistose.

Il faudra de longues années d'action syndicale sous l'impulsion de Ludovic Ménard, pour obtenir en 1920 une sécurité sociale minière et en 1947 un vrai statut des mineurs.

 

Parrallélement, une autre industrie va se développer à Trélazé. En 1863, les frères Lebatteux  installent leur fabrique d'allumettes chimiques. Les femmes des parrayeurs trouvent là une occupation salutaire.

Le fort développement économique déplacera l'ancienne usine vers la rue Jean Jaurès où la  "Manu", nouvellement construite occupera le premier rang en terme de production.

Fabrique Lebatteux

A partir des année 1960, la crise frappe les deux pôles industriels de la ville. La "Manu" ferme définitivement en 1981 et il ne reste que 250 perreyeux.

Partager cet article
Repost0